Bienvenue dans le monde perdu de l'Atlantide
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Little Vampire
avatar
Little Vampire

Messages : 63
Points de Rp : 30
Date d'inscription : 16/12/2011
Age : 21


Identité du Personnage
Âge: 9
Animal affilié: //
Capacités & Armes:
MessageSujet: Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]   Dim 19 Fév - 16:31

- Les enfants, vous avez une nouvelle mission.
Voilà la phrase par laquelle on nous avait réveillés, ce matin. Il était venu tout particulièrement nous donner toutes les infos qu'on aurait besoin. Dès qu'il nous avait donné le lieu, je m'étais sentie mal. La mer des Brumes. Non, ce n'étaient pas les pirates et les monstres marins dont j'avais peur. C'était l'eau. L'eau m'effrayait déjà avant, et Lui ne m'a pas enlevé cette vilaine peur. Je ne pouvais pas m'approcher de la mer sans ressentir une peur panique. Aujourd'hui, sa allait quand même un peu mieux, mais je n’étais absolument pas rassurée. Et Il m'envoyait quand même là-bas, alors qu'il savait très bien que j'avais peur de l'eau. Salaud. Ma haine à son encontre ne faisait que croitre de jour en jour. Mais je ne pouvais rien faire, à part obéir... comme l'attestait la minuscule piqure dans mon cou, pareillement à tout ceux de mon groupe.

Heureusement qu'Evan faisait partie du groupe. Evan était comme le grand frère que je n'avais jamais eu et que je n'aurais jamais. Il me protégeait, et c'était vers lui, au début, que j'allais quand j'avais peur la nuit. Il savait avoir les bons mots et je savait que quoi qu'il arriverait, je pourrais compter sur lui. Et inversement. Avec lui, je pouvais me permettre d'être une enfant. Ce que je ne pouvais qu'avec un nombre de restreint de personnes. Tout à coup, je pensa à Louise. Avec elle aussi, je m'étais sentie bien, comme une enfant normale. Mais je n'étais plus une enfant normale. Je ne devais jamais l'oublier.

Dès qu'on eu la mission et qu'on fut prêt, tout les membres du groupe devant faire la mission se regroupèrent autour d'Evan, le chef choisi pour cette mission. En tout, nous étions six. Six vampires surpuissant avec chacun des pouvoirs différents et complémentaires. A nous six, nous étions aussi fort qu'une armée d'humaine , si ce n'est plus. Il nous expliqua le plan. Et on fut partis.

Comme des soldats obéissants, on quitta la base au pas, sous les regards des autres. Dès qu'on fut hors de portée de Son regard, on marcha plus librement, mais toujours en silence. J'étais à la droite d'Evan, car j'étais la plus puissante en dessous de lui. Enfin, la mer fut devant nous, et notre bateau aussi. Je commençais déjà à avoir des nausées. Evan me serra la main, et je m'accrocha à lui, comme à une bouée de sauvetage. Les autres ne dirent rien, sachant ma peur de l'eau, mais on sentait qu'ils n'en pensaient pas moins.

Le rivage disparut bientôt à nos yeux, le bateau voguant droit devant lui sous le commandement d'Evan. J'étais à la proue, les bras levés, les yeux fermés, murmurant des paroles incompréhensibles. Le vent soufflait, nous emmenant dans la bonne direction, grâce à moi. Mon pouvoir de contrôler la météo était bien utile, cette fois. Evan me tenait par l'épaule pour me soutenir. Grâce à cette main sur mon épaule et ma concentration absolue, je parvenais encore à oublier où j'étais, et surtout sur quoi j'étais. Le bateau qu'on devait aborder apparut soudain devant nous.
J'entendais, grâce à mes sens sur-développés, que les personnes à bord commençaient à paniquer sous notre bateau entièrement noir qui leur fonçaient dessus. Le bateau en face du notre était plein à craquer de marchandises de riches. De tas de choses utile que Lui pourra s'approprier par notre biais... Le vent s'arrêta brusquement quand notre bateau fut juste devant le leur, et je chancelais. Evan me rattrapa. Je lui adressa un faible sourire. Changer la météo m'affaiblissait toujours un minimum, alors un effort comme celui-là...

Je regarda autour de moi et failli perdre conscience. De l'eau, partout. De l'eau qui pourrait me noyer sans état d'âme, face à laquelle je me sentais si ridicule... Non, ce n'était pas le moment. J'inspira. Expira. Inspira. Puis me planta à la droite d'Evan, qui faisait face aux gens de l'autre bateau. Ils était terrifiés, et en même temps fascinés. Fascinés par les yeux noirs d'Evan, de son aura ténébreuse et autoritaire qui émanait de lui. Il se tenait bien droit, et promenait son regard de braise sur tout les visages terrifiés.
Puis ils me virent. Mes ailes noires s'étendirent, gigantesques, derrière moi, et le tonnerre se mit à gronder. Mes cheveux bleus volèrent autour de moi, et mes yeux rouges balayèrent comme ceux d'Evan notre public. Mes mains se levèrent et je tournais mon visage au ciel. Alors que le silence se faisait oppressant, je cria une phrase incompréhensible. D'un coup, un énorme coup de tonnerre fit vibrer les deux bateaux, et ce fut la panique.

Tout le monde hurla et partit dans tout les sens. Notre groupe en profita pour accoster dans le bateau. Mes ailes s'étendirent et me portèrent là-bas. Dès que je fus posée, je me sentis mal. Ma peur de l'eau me faisait encore de l'effet, et je titubais loin de mon groupe. Fatale erreur. Me retrouvant seule, je chancelais et me prit la tête entre les mains. Je me sentais vraiment mal. Me laissant tomber, j'essayais de calmer mes tremblements. Je ne devais ressembler à rien, tremblante comme ça. Et surtout, je ne pouvais pas me défendre, dans un tel état, et je ferma les yeux. Encore une erreur fatale. Je ne vis pas le marin se précipiter vers moi, une lame à la main. Je ne vis rien, n'entendais rien... Je ne songeais qu'à calmer mes haut-le-cœur, et je ne leva les yeux que quand la lame du marin scintilla devant moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre validé en attende de Rang

Messages : 37
Points de Rp : 21
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 23


Identité du Personnage
Âge: 29
Animal affilié: Zynthyo, un dragon guerrier
Capacités & Armes:
MessageSujet: Re: Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]   Lun 20 Fév - 18:36

Je me levai aux aurores, comme tout les jours. M'entrainai un peu en compagnie de mon dragon puis m'en allai rapidement, toujours à la recherche des forces obscures habitant le continent. Surtout que depuis ma rencontre avec la jeune Candice, j'en étais sûre, une armée se mettait bel et bien en marche. Je craignais d'ailleurs souvent de retomber sur la jeune demoiselle, si je la recroisai, qu'elle serait exactement ma réaction? Je l'attaquerai, ferai comme si de rien était? La prendrai dans mes bras? Je ne savais pas vraiment quoi penser d'elle.

Je chassai cependant ce genre de pensées de ma tête afin de me concentrer d'avantage sur mes recherches. Qui furent cependant estompés bien rapidement, étant donné qu'un navire marchand m'avais solliciter dans la Mer des Brumes afin d'assurer sa protection. Le bateau, très à cheval sur la livraison de la cargaison précieuse était partie dans les plus bref délais. Chose que je trouvais très stupide car, maintenant qu'ils étaient partis dans m'attendre, ils pouvaient très bien être déjà dans l'embarra le plus total. Que se soit à cause des monstres de la mer, ou des pirates. Je me mis précipitamment en route, espérant sincèrement qu'il ne soit rien arrivé au navire.

Après quelques minutes de vol, Zynthyo poussa un soupir avant d'ajouter:

- Trop tard.

Je regardai attentivement les alentours, effectivement, on pouvait voir de loin deux bateaux côtes à côtes. Le navire marchand était, vraisemblablement en train de se faire accoster. Soudain des éclairs grondèrent, je jetai un coup d’œil au ciel, qui était, il n'y a encore quelques secondes d'un bleu éblouissant.

- De la magie noire. Ce sont eux.

Je compris aussitôt. Il s'agissait de l'armée que je recherchai. J'étais à la fois contente et préoccupée de les retrouver enfin. Il était l'heure de les affronter, de relever des informations les concernant. Et peut-être, s'ils ne sont pas très nombreux ou puissant, de les anéantir. On s’approcha lentement des deux embarcations qui s'étaient transformée en champs de bataille, enfin, de massacre. Car clairement, le petit groupe d'assaillant était puissant que les marins démunis.

Ce fut rapidement le désordre le plus total à bord. Je scrutai un bref instant la scène, cherchant des yeux la personne qui devait être l'origine de tout ceci. Je ne pourrai pas faire le poids contre autant d'adversaires, mais si j'immobilise le plus fort d'entre eux, peut-être qu'ils auront une attitude de retrait. Quoi qu'il en soit je n'ai pas d'autre possibilités d'actions pour le moment. Ils sont bien trop nombreux pour que je les affronte tous, qui plus est, je ne peux pas risquer trop d'actions avec autant de marins dans les parages.

Le pire dans toute cette histoire c'est le fait que Zynthyo ne puisse pas m'accompagner. Étant un dragon lançant des l'électricité plutôt que l'habituel feu, ce serait une très mauvaise idée d'utiliser ses capacités aussi près de l'eau. De plus il est inutile de lui faire courir des risques inutiles en le laissant immobile aux abords du bateau. Il me laissa à une bonne distance dans la mer, de façon à ne pas trop attirer l'attention. Ni moi, ni mon compagnon aillé ne devait se faire repérer pour le moment. Je me mis alors à nager vers l'embarcation, tout en sommant mon compagnon de s'en aller plus loin. Rejoindre la bateau et y monter ne prit que très peu de temps, pourtant c'était déjà un véritable chaos ici.

Personne ne me prêtai grande attention dans ce mouvement de foule, il faut dire aussi que je me faisais discrète. Cherchant des yeux le chef du groupe des assaillants, afin de le neutraliser. Cependant mon regard se posa bien vite sur une silhouette familière. Je m’immobilisai, sans pour autant relâcher ma concentration. Au fond, je n'étais pas si surprise que ça de la voir ici, Candice. Elle se tenait à terre, recroquevillée sur elle même. Je n'eus pas vraiment le temps d'hésiter si, oui ou non, j'allai à sa rencontre, car un marin bien armé se dirigeait déjà vers elle. Je n'attendis pas une seconde de plus et partis moi aussi en direction de la jeune fille. Le marin leva sa lame face à Candice, j’interceptais son bras immédiatement. Il me regarda stupéfait de mon acte. Avec un visage impassible, je lui indiquais du regard le reste de l'équipage.

- Vos compagnons ont besoin de vous.


Il me dévisagea un instant, puis devant mon manque évident d'expression faciale, il déclara forfait et fit demi tour rapidement, tentant du mieux qu'il le pouvait d'aider ses compagnons. Je me retournai sans attendre vers Candice et m'agenouillai près d'elle. Je l'observai minutieusement un instant, cherchant le pourquoi de son état. Elle ne semblait pas être blessée physiquement. Je posai une main sur son front, il était un plus chaud que la moyenne. Je m’inquiétai un peu de celui-ci, même si, comme à l'habitude je tentais de conserver au maximum quelconque signes qui aurait pu trahir mes pensées. Cependant il ne fallait pas être un génie pour comprendre mon tracas, étant donné la façon dont je m'affairai auprès de Candice. Je comptais lui demander les raisons de son état, mais j'entendis quelqu'un se rapprocher de façon bien trop rapide pour que l'acte soit pacifique. Je dégainai sans attendre et me releva, faisant face à mon adversaire.

Comme moi, il semblait inquiet pour la jeune demoiselle, mais je pense qu'il craignait surtout que je lui fasse du mal. Je crois bien que je viens de trouver leur chef. Il fonça sur moi, et on s'engagea alors tout deux dans un combat effréné. Il était très doué, et aucune erreur n'était permise. Toute mon attention était concentré sur ce nouvel adversaire, qui me donnait du fil à retordre. Néanmoins, je me défendais très bien, et je voyais que, lui avait un peu de mal pour prendre l'avantage sur moi. Le combat s'annonçait serré mais il ne suffisait qu'une seule ouverture, et je pouvais le mettre en réelle difficulté.


Dernière édition par Louise Clyste le Dim 26 Fév - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Vampire
avatar
Little Vampire

Messages : 63
Points de Rp : 30
Date d'inscription : 16/12/2011
Age : 21


Identité du Personnage
Âge: 9
Animal affilié: //
Capacités & Armes:
MessageSujet: Re: Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]   Mer 22 Fév - 19:07

La lame étincelait près de moi. Je me voyais déjà six pieds sous terre et fermais les yeux dans l'attente du coup fatal - il était bien trop tard pour l'éviter, malgré ma vitesse plus que rapide... Quand il se passa une chose que je n'attendais pas. Un bruit de course, et la lame du marin fut stoppée. Mes yeux s'ouvrirent avec soulagement, mais au lieu de voir Evan, comme je m'y attendais, c'était Louise qui se tenait devant moi... Je cligna des yeux plusieurs fois, totalement ahurie. Louise. Qui venait de me sauver la vie. Ma dette envers elle venait de faire un bond en avant...
J'aurais dû m'y attendre, qu'elle serait là. On abordait un navire assez imposant, donc important. Je n'avais pas vraiment prévu de me retrouver si vite en face d'elle. Je m'étais posée des tonnes de questions. Comment faudrait-il que je réagisse ? La combattre comme si rien se s'était passé ? Faire comme si nous étions de bonnes amies et lui sauter dans les bras ? Je m'étais dit que je verrais bien, ne pensant pas qu'on se reverrait aussi vite, mais à présent qu'on était à nouveau face à face...

- Vos compagnons ont besoin de vous.



Le marin était toujours là... et Louise faisait son possible pour le virer de là... Je me sentais encore trop mal pour ne bouger ne serais-ce qu'un muscle. Ou je risquais de rendre mon petit-déjeuner, ce qui ne serait pas une très bonne idée. Evan me tuerait. Le marin ayant failli me tuer s'en alla enfin, et je grimaçais sous un énième tanguement du bateau. Maintenant qu'il était parti et qu'il ne restait que nous deux, je pouvais me permettre une petite faiblesse. Ce n'était pas comme si je m'étais comportée en enfant avec elle la dernière fois qu'on s'était croisée.

J'essayais de me détendre, ce qui, en raison du lieu où j'étais, était particulièrement impossible. Je pensais tout le temps à cette eau qui m'avalerait en ne laissant aucune trace de mois sans scrupule... et eus un haut le cœur tandis que Louise me tâtait le front. J'allais la remercier quand je remarqua un bruit de pas rapide s'approchant de plus en plus... La marche rapide, comme celle de l'armée, m'étais familière. Oh, non... LA rencontre que je craignais le plus. Louise et Evan.

Imposant, le visage fier, on y décelait une pointe d'inquiétude. Pour moi. Il avais le visage fixé sur le mien. Pendant environ un centième de seconde, le temps d'analyser la situation. Et comprendre que la personne la plus dangereuse - pour nous - était celle qui était bien trop proche de moi. Dans son esprit, tout fut clair, je le remarqua à la façon dont il se tourna vers elle et fronça les sourcils, tout son être concentré dans le futur combat. Qui débuta instantanément. Je ne pus qu'ouvrir de grands yeux, ne sachant que faire. Evan et Louise était bien trop concentré dans leur combat pour faire attention à moi. Tout deux étaient vraiment très doués. Il suffisait d'une seconde d’inattention de la part de l'un ou de l'autre. Une seule seconde. Mon visage devint plus blanc que blanc. Pire qu'un mort. Je ne savais pas quoi faire. Je ne pouvais décemment pas me ranger du côté de Louise. Lui le saurait instantanément, et je mourrais avant d'avoir pu esquisser un geste. Et puis je ne voulais pas trahir Evan. Mais je ne pouvais pas non plus l'aider. Ce serait... de la trahison pure et simple. Je n'en avais aucune envie. Mais que faire, alors ?

J'essaya de me relever, et, tant bien que mal, j'y arriva au bout de quelques secondes. Tout tangua autour de moi et je dû me cramponner au bastingage pour éviter de me retrouver les quatre fers en l'air. Bon. Mauvaise idée, le coup de l'orage pour intimider les marins. Fermant les yeux une secondes, je ralentis le vent mais garda le tonnerre. Aaaaah. Le bateau tanguait déjà moins. Un bon point de gagné. Mais Louise et Evan continuait leur duel sans faire attention à moi. Je me demanda brusquement si Louise avait des dons magiques. Evan, lui, en avait : la maitrise de l'électricité - mais qui ne fonctionnait pas en mer - et celui de la télékinésie - qu'il n'avait pas encore montré à Louise, ce qui ne devrait pas tarder...

Je commençais à paniquer. Toutes mes belles pratiques, mes leçons apprises, s'envolaient en fumée quand je me retrouvais dans un dilemme comme celui là. Mais que devais-je faire, bon sang ?!
Et soudain, je sus. Inspirant profondément, mon mal de mer beaucoup plus présent qu’auparavant, je me plaça juste à côté des deux combattants qui ne faisaient plus attention à moi en chancelant. Mes ailes se rétractèrent, mes yeux se fermèrent, et doucement, comme au ralenti, je sombra dans l'inconscience, ne sentant même plus le sol se rapprocher à toute allure et la douleur du sol. On entendis seulement un gros "boum" quand je toucha terre, et j'entendis seulement que les épées arrêtaient de s'entrechoquer avant de sombrer dans le noir, un noir que j’accueillis avec soulagement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre validé en attende de Rang

Messages : 37
Points de Rp : 21
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 23


Identité du Personnage
Âge: 29
Animal affilié: Zynthyo, un dragon guerrier
Capacités & Armes:
MessageSujet: Re: Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]   Ven 2 Mar - 19:16

Le combat demandait beaucoup d'attention. J'aurais bien voulu prendre encore quelques instants pour aider Candice mais mon adversaire ne m'en avait pas laisser l'occasion. Maintenant il était trop tard pour interrompre le combat, la moindre erreur pouvait s'avérer fatale. Faut dire que mon ennemi était très doué en combat, mais ce que je redoutais le plus c'était ses éventuels pouvoirs. J'espérais sincèrement qu'il n'en ai pas sinon l'affrontement tournerait en sa faveur c'est évident. Néanmoins, il faut une grande dose de concentration pour activer un pouvoir, et il faudrait qu'il m’immobilise, ce n'est que l'espace de quelque secondes pour l'utiliser. Or, on était déjà tout les deux bien trop actifs pour réfléchir à autre chose.

Au bout d'un certain temps, et de nombreux coups d'épées, le bateau tangua un peu moins. Comme si le vent s'était amoindrit tout à coup. Je ne pris pas le temps d'étudier d'avantage ces petits phénomènes météorologique avec tel adversaire de combat. Soudain, on entendit un autre choc que celui de nos lames, un bruit sourd. Je crus apercevoir du coin de l’œil quelqu'un tomber, ce qui me stoppa net (ainsi que mon adversaire). On se fixa un instant, essoufflés. Puis comme d'un commun accord, et sans avoir prononcé aucun mot, on chercha des yeux celui ou celle qui venait de provoquer ce son.

En l’occurrence, il s'agissait de Candice. Elle était étendue sur le sol, inconsciente. L'homme et moi, on se fixa de nouveau. Se jaugeant du regard, c'était évident que nous voulions tout les deux aider la jeune fille, mais la situation était bien plus délicate que prévue. Lentement, et avec une extrême lenteur, on rangea tout les deux nos armes dans nos fourreaux, mais personnellement, n'ayant aucunement confiance en ce type, je me tenais prête à sortir ma dague à tout moment. Il s'approcha de Candice sans me quitter du regard. Pour lui prouver ma bonne foi, je reculai de quelques pas pour ne pas entraver son action.

Il s'agenouilla près de la demoiselle, et prit son visage entre ses mains. Il semblait lui tapoter doucement sur la joue pour la réveiller. Je voyais pertinemment qu'il gardait un œil sur moi, rien de plus normal. Soudain, il l'a souleva et la prit dans ses bras avant de se diriger vers une des cabines du bateau. Je le laissai faire, c'est vrai qu'elle sera plus en sécurité, et mieux installée à l'intérieur. J'hésitai l'espace d'un instant à les suivre. Je regardai aux alentours, "le champ de bataille". Le supposé chef étant parti, semer la pagaille parmi les troupe pouvait être envisageable. Après un court instant de réflexion, je me dirigeai à mon tour vers la cabine. Je me sentais vraiment mal de faire ça, d'abandonner les marins ainsi, néanmoins, ils ne prendraient aucune décision importante sans l'avis de leur "chef", du moins je l'espérais.

Une fois à l'intérieur, je trouvai Candice déjà éveillée, et allongée sur un lit. Elle semblait être en pleine discussion avec mon précédent adversaire. Je ne lui prêtai d'ailleurs aucune attention. Cependant je me tenais toujours prête à dégainer à tout moment. Je posai mon regard sur la jeune fille avant de lui demander d'une voix calme et posée:

- Comment vas tu?


Ce n'était évidemment pas une simple question de courtoisie. Je voulais lui demander son état, étant donné qu'elle semblait très mal au point tout à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Vampire
avatar
Little Vampire

Messages : 63
Points de Rp : 30
Date d'inscription : 16/12/2011
Age : 21


Identité du Personnage
Âge: 9
Animal affilié: //
Capacités & Armes:
MessageSujet: Re: Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]   Mer 14 Mar - 15:54

Quand je revins à moi,je ne vis d'abord rien. Ignorant tout de ce qui venait de se passer, ma dernière vision était celle d'Evan et de Louise qui combattaient, et que je ne savais pas quoi faire pour les séparer... Ne voulant qu'aucun des deux ne soit blessé, c'était plutôt dur d'aider l'un sans trahir l'autre...
Et comme c'était la seule solution qui s'imposait à mon esprit embrumé, et bah voila comment je m'étais retrouvé à faire connaissance avec le sol. Qui tanguait encore légèrement, soit dit en passant, ce qui n'améliorait pas vraiment mon pauvre ventre qui faisait quelques cabrioles dès que j'ouvris les yeux. Bref. Au début, je ne voyais rien. Puis ma vision commença à se rétablir doucement, et le flou passa à la netteté en une fraction de seconde. Evan me tapotait doucement la joue, puis je sentis plus que je ne vis qu'il me transportait. Je vis seulement le visage de Louise quand il m'emmena.

J'esquissa un petit sourire : ça avait marché. Ils avaient arrêté de se battre, mais pour combien de temps encore... Il allait falloir que je trouve encore autre chose, parce que sinon, je ne doutais pas qu'il recommenceraient... Puis je retomba dans les vapes. Mais cette fois ce n'était pas voulu.

Quand je me réveilla une nouvelle fois, Evan m'avait amené dans une des cabines. Ça tanguait moins, la dedans, du moins c'était mon impression. Mais je n'essaya quand même pas de me relever. Les cabrioles dans mon ventre ne s'arrêtaient pas, et maintenant un lancinant mal de crâne faisait son apparition. Ouille ouille ouille... Evan était assis près de moi, mais je sentais que son attention n'était pas tout à fait focalisé sur moi. Il jetait continuellement des regards vers la porte, et je soupira pour lui signifier que j'étais là, moi aussi. Je n'aurais peut-être pas dû. Il braqua son regard sur le mien.

- Candice ! Tu n'as jamais été aussi irresponsable ! Tomber dans les pommes en plein milieu d'un naufrage, et puis quoi encore ? Je sais que tu n'es pas bien en bateau, mais à ce point !

Poussant un soupir une nouvelle fois, je regarda celui que je considérais comme mon frère et vit qu'il s'était sincèrement préoccupé de moi, que je l'avais inquiété. Je voulu lui offrir un sourire rassurant... Peine perdue.

- Tu n'aurais pas pu choisir un plus mauvais moment, quand même... La femme peut revenir à tout instant ! J'espère que tu seras d'un meilleur secours, cette fois-ci...

Lui lançant un regard rempli de reproche, je rétorqua :

- J'ai l'impression que tu ne te préoccupe que d'elle ! Eh, tu savais très bien que je me sens mal en bateau, alors ne t'étonne pas... De toute manière, c'est de Sa faute. Il sait très bien que j'ai peur de l'eau !

Aussitôt, le regard d'Evan s'adoucit. Il me sourit tendrement et me caressa la joue. Oui, tout était de Sa faute. Eh oui, c'était bien plus facile de rejeter la faute sur les autres... Mais de ce côté-là, nous devons tous nous liguer contre Lui. Nous devons former un rempart, lui montrer qu'on est pas de vulgaires pions dans son jeu. Qu'on est plus malins que lui, et surtout, bien plus soudés... Je passa une main dans le cou d'Evan, où était, comme chez chacun d'entre nous, implantée la puce qui nous tuerait si on Lui désobéissait. Frissonnante, je me rappela le jour où l'un de notre groupe s'était rebellé... Sous nos yeux, Il n'avait eu aucun scrupule... Et, sadique comme Il l'était, nous as définitivement persuadés de toujours lui obéir scrupuleusement...

- Allez Candice, ce n'est pas le moment d'y penser, on a d'autres choses à...

La respiration d'Evan s'accéléra brutalement et j'entendis avant de voir des pas qui se rapprochaient de la cabine. Oh, non... Je ferma un instant les yeux, et sentit Evan se raidir. On aurait dit une statue de marbre. Je rouvris les yeux et vit le visage de mon chef. Suivant son regard, je vis Louise qui ignora totalement Evan. Son attention paraissait focalisé sur... moi. Pas cool, sa.

- Comment vas tu?

Pas cool du tout. Je jetai un regard peiné à Evan, qui posa tour à tour son regard sur moi puis sur la jeune femme, ne comprenant pas. La tension était telle qu'on aurait pu la découper au couteau. Me sentant à nouveau mal, je répondis d'une voix que je bénis d'être un tant soit peu ferme.

- Les bateaux et moi, ça fait deux...

Evan me jeta un regard outré. Il savait comment je m'exprimais en public et était sidéré de me voir parler normalement à une femme qui est censée être notre ennemie... Pourtant, je continua en regardant Louise, la suppliant en silence

- Enfin, surtout la mer... C'est pas mon truc. Mais là, ça va mieux.

Je rajouta en silence "merci", la regardant bien dans les yeux pour qu'elle comprenne, l'espérant en tout cas. Bon... et maintenant ? Voilà la question que tout le monde se posait certainement. Evan se redressa doucement, gardant le visage rivé sur Louise. Je l'exhorta silencieusement de ne pas faire de bêtise. Malheureusement, aucun de nous deux n'avait le don de lire dans les pensées de l'autre. Je me racla nerveusement la gorge. Bruit qui ne passa pas inaperçu dans le silence soudain devenu très pesant...
Louise, je te présente Evan. Evan est celui qui se rapproche le plus d'un grand frère pour moi, on est comme les deux doigts d'une main, et on a ensemble pillé tout plein de monde. Evan, je te présente Louise. Louise est notre ennemie, elle protège le continent, et j'ai passé une soirée entière avec elle en faisant comme si nous étions amies. Voilà comment se passerait les présentations. Quant à moi ? Ha ! On pouvait se demander dans quel camp j'étais... Je me racla une nouvelle fois la gorge. Les secondes s'éternisaient, pesantes.

Heureusement ou pas, une énorme secousse fit trembler le navire. Mon teint se fit verdâtre. Je tenta de me mettre debout, et avec l'aide d'Evan qui avait malgré tout le regard fixé sur Louise, j'y arriva.

- Euh... Il faudrait peut-être aller voir ?

Les deux se jaugeaient du regard et ne paraissaient pas vouloir bouger. Alors je me mis en marche en entrainant Evan et implorant Louise du regard de venir aussi. J'eus l'impression qu'ils me suivirent tout les deux, et, ensemble, on alla jusqu'à l'avant du bateau. Là, une vision que personne n'avait prévu s'imposait à tout le monde. Vous avez déjà vu un monstre, un bon gros monstre marin affamé qui demande qu'à bouffer tout ce qu'il rencontre ? Bah vous avez une impression de ce qu'on avait devant les yeux. En pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre validé en attende de Rang

Messages : 37
Points de Rp : 21
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 23


Identité du Personnage
Âge: 29
Animal affilié: Zynthyo, un dragon guerrier
Capacités & Armes:
MessageSujet: Re: Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]   Lun 19 Mar - 15:41

Je ne me préoccupai aucunement de mon précèdent adversaire, mais je voyais bien qu'il s'affairait à comprendre la situation actuelle. Il nous regardait, tour à tour Candice et moi. J'avais envie de lui dire d'arrêter de se remuer de la sorte qu'il avait l'air complètement ridicule, mais je me taisais. Attendant patiemment la réponse de la jeune demoiselle.

- Les bateaux et moi, ça fait deux...

Le jeune homme arrêta enfin ses aller retours entre moi et Candice pour concentrer son attention sur elle. J'en étais soulagée, je ne sais pas si j'aurais supporté son air ahuri encore bien longtemps. Quoi qu'il en soit, je n'avais aucunement pensé que son mal venait du fait d'être sur un bateau. C'est ridicule, connaissant ce genre de faiblesse de sa part, c'est complètement inconsidéré de l'envoyer justement en mission ici. Voyons les choses de façon objective s'était handicaper son équipe et mettre la jeune fille en danger. Je me demandais si les ordres venaient de l'homme qui se trouvait en face de moi ou d'une autre personne. En tout cas, les capacités de Candice devaient surement être indispensable dans cette mission si on en venait jusqu'à l’amener en pleine mer, sur un navire. Ou alors ses supérieurs étaient simplement incompétent, s'était aussi une hypothèse qu'il ne fallait pas omettre.

- Enfin, surtout la mer... C'est pas mon truc. Mais là, ça va mieux.

J'étais soulagée qu'elle se sente mieux, mais comme toujours, je ne laissai rien transparaitre. C'est vrai que l'on sentait bien moins la bateau tanguer dans les cabines, alors son répit ne sera peut-être pas permanent, enfin, si elle reste sur le navire, voir en mer, du moins.

La jeune demoiselle me fixa dans les yeux, essayait-elle de me passer un message? Une salutation plus amicale, un merci, ou alors, me priait-elle de ne pas dégainer à nouveau, je n'en étais pas totalement sûre et je me demandai bien ce à quoi elle pouvait penser présentement. Alors que je regardai moi aussi la demoiselle, cherchant à déchiffrer ses réflexions muettes, son compagnon se redressa lentement, avant de me fixer à nouveau. Que tente t-il de faire maintenant? M'intimider peut-être. J'espère pour lui que ce n'était pas ce qu'il faisait car il était tombé sur la mauvaise personne pour ce genre de manœuvre. J'entendis un raclement de gorge de la part de la jeune fille. C'est vrai que la tension était palpable. Pourtant je ne fis rien pour changer la situation, non, je ne pouvais pas me permettre de relâcher ma vigilance, je n'avais aucune confiance en le jeune homme. Je me demandai s'il était capable de m'attaquer de façon sournoise, alors que je parlerais, ou ferais quelconque geste imprudent. Je préférai largement ne pas bouger d'un centimètre, attendant que quelque chose se passe, n'importe quoi. Et bizarrement, malgré les efforts de Candice pour sortir de cette situation pesante, et le fait qu'elle se racle de nouveau la gorge n'arrangeait rien du tout. Le silence s'éternisait, et son compagnon et moi nous scrutions dans les blanc des yeux.

Subitement, le navire tangua, sous l'effet d'une secousse impressionnante. Je redoutais ce qu'il pouvait bien se passer sur l'avant du bateau mais mon regard resta ancré dans celui de l'homme. Il aida Candice à se relever, sans pour autant me quitter des yeux. Croyait-il vraiment que j'étais assez lâche pour l'attaquer alors qu'il l'aidait? Voyons, nous ne sommes pas tous des êtres dans foi ni loi, enfin, personnellement, je ne le suis pas.

- Euh... Il faudrait peut-être aller voir ?


La voix de Candice, ne brisait pas le silence apparent. J'aurais bien aimer sortir pour aller constater ce qu'il se passait, mais je ne voulait pas me retourner devant l'homme. Et je pense qu'il pensait exactement de la même façon que moi car il ne bougea pas d'un iota. C'est de nouveau la jeune demoiselle qui prit les devant, entrainant son compagnon avec elle. Elle me lança un regard, me priant silencieusement de la suivre, ce que je fis finalement. On avança toujours un silence, jusqu'à la sortie de la cabine.

Le spectacle qui s'offrait à nous était pire que ce que j'aurais pu imaginer. Un monstre marin, immense même, solidement accroché à la proue du navire. On était vraiment dans de sales draps. Je dégaina mon arme avant de jeter, comme automatiquement, mon regard sur mon ancien adversaire. Il semblait penser exactement de la même manière que moi, car il avait aussi et de nouveau planté son regard dans le mien. J’acquiesçai donc à sa vue, et c'est ainsi qu'on conclu silencieusement un pacte de non agressivité, le temps de nous débarrasser du monstre. Celui-ci nécessitait des attaques collectives, une personne seule, qu'importe son niveau ne pouvait pas en venir à bout aussi facilement. Puis je posai mon regard sur Candice, je me fous de l'avis de son compagnon quel qu'il soit. Selon moi il valait mieux qu'elle reste en retrait et qu'elle n'intervienne pas dans l'affrontement, surtout vu la taille et la carrure de la créature que nous devions combattre. Je lui dis alors, d'un ton neutre.

- Tu n'es pas en état.

Et sans attendre de réponse de sa part, j'avançai vers le monstre. Le principal dans l'immédiat serait de réduire ses mouvements le plus possible avant de l'achever, ou de le faire fuir. Donc en gros, il fallait lui couper les tentacules. Alors que j'avançai lentement, jaugeant du regard la rapidité du monstre ainsi que ses réflexes, je vis du coin de l’œil le compagnon de Candice me rejoindre. De nouveau, on communiquait sans mot, car en un regard, on s'échangea les informations nécessaire. Il s'occupe de la partie droite, moi de la gauche. Puis nous verrons bien comment se déroule le combat. Le monstre marin était assez vif dans ses mouvements, et ses tentacules étaient épaisses. Un seul coup d'épée ne suffisait pas à en venir à bout. Il fallait le frapper 3 ou 4 fois avant qu'une de ses tentacules ne daigne se détacher du reste de son corps. Et lorsque l'on venait à bout d'un de ses membres, la créature semblait gagner en fureur et en agressivité.

Outre éviter les coups qu'elle nous portait, j'essayai avec l'aide de mon compagnon provisoire de combat, de venir en aide à ceux qui gisaient, encore conscient sur le sol. Qu'ils soient des marins ou des membres du groupe des assaillants. On avait pas vraiment le temps de faire de distinction entre qui sauve qui, il fallait unir nos force même s'il fallait que l'on règle nos compte plus tard. Et qu'il fallait que je tue ceux à qui j'étais en train de venir maintenant en aide. Mais bien souvent, on trouvait des corps déjà à moitié dévoré par la créature marine. Le combat n'étais déjà pas facile, mais la créature semblait prendre un malin plaisir à nous compliquer la tâche en détruisant peu à peu le navire. Le mat était maintenant endommagé, ainsi que la proue du bateau. On était déjà venu à bout de quelques tentacule et on sentait que la pression contre le bateau se faisait déjà moins forte, le navire chahutait bien moins, mais il n'arrêtait pas ses mouvements pour autant. Le plus dur avait été effectué, maintenant il fallait que l'on mette un terme une bonne fois pour toute aux agissements de la créature marine, et vite, avant qu'elle n'appelle des renforts, ou qu'elle ne s’énerve d'avantage.

[Hrp: Je sais pas si Candice va sagement rester à l'arrière ou rejoindre le combat, je m'arrête là, te laissant décider. Si jamais elle ne compte pas intervenir, je rajouterais des lignes si tu veux. Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Vampire
avatar
Little Vampire

Messages : 63
Points de Rp : 30
Date d'inscription : 16/12/2011
Age : 21


Identité du Personnage
Âge: 9
Animal affilié: //
Capacités & Armes:
MessageSujet: Re: Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]   Mer 21 Mar - 17:18

Ah. Enfin. Evan et Louise avaient conclu une trêve. Il avait fallu un monstre marin, mais c'était fait ! Bon. Maintenant, le plus dur, c'était de se sortir de ce pétrin. Pourtant et malgré tout, je n'étais pas inquiète. Pas tellement. Sur ce bateau, on était six vampires surpuissants prêts à tout pour survivre, et en plus il y avait Louise. Alors on ne devrait pas avoir tellement de mal à vaincre ce gros machin. Mais tout ça, ce n'était que de la théorie. En pratique... on verrait bien. En tout cas, tout le monde avait remarqué qu'il fallait collaborer pour réussir à décrocher le monstre du bateau. Ce qui était déjà un bon début, mine de rien.

- Tu n'es pas en état.

Quoi, quoi, quoi ? Pas en état, moi ? Je ne me suis jamais sentie aussi bien ! Nanmaisoh, je veux participer, moi. En plus, vous pouvez pas vous en sortir sans moi. Il faut unir TOUTES les forces. Et faut pas non plus oublier que si je suis la seconde du chef, c'est que je suis quand même pas mal forte ! Bon. Je crois que je me surestimais quand même un peu, là. Et même un peu beaucoup. Mais ce qui était vrai, c'est qu'ils pouvaient avoir besoin de moi. Et de toute manière, ce n'était pas à moi de décider. Quand j'étais avec Evan, ce n'étais pas moi qui décidais de mes actions. Si c'est pas malheureux, ça ? Mais bon. De toute manière, même s'il disait non, cette fois, je ne crois pas que j’obéirais... Ce monstre ne pouvait pas être battus à eux deux seuls. Evan reprit le contrôle sur lui et son regard se durcit, ses muscles de tendirent. La concentration envahit ses traits, chose que je connaissais bien, et il me regarda. Il hocha lentement mais brièvement la tête et je soupirais. Ainsi donc, Louise avait raison ? Haha.

Vous pouvez toujours rêver. Enfin... à moins que ce ne fut moi qui rêvais. Le bateau fit une embardée et mon ventre se souleva en même temps que le sol du bateau tangua brutalement. Ah non, pardon... c'était moi qui tanguait. Je m'agrippa au bastingage. Evan me jeta un regard d'avertissement avant d'aller rejoindre Louise, qui s'était déjà avancé vers le monstre. Je regarda autour de moi et vis soudain un homme qui allait tomber d'une seconde à l'autre du bateau. Quel imbécile. Bon, j'avais plus trop le choix, maintenant. Poussant un soupir, je m'approcha de lui. Ses yeux s'agrandirent de frayeur, et il parut sur le point de lâcher. Je le rattrapa par le poignet au moment où ses doigts se détendaient et il poussa un hurlement stoppé net d'un coup. Avec une force surhumaine, je le remis sur le bateau avec seulement une main. Je ne pus m'empêcher de lui murmurer « c'est ton jour de chance, mon gars... ». Il me regarda avec des yeux ahuris et je secoua la tête avec agacement. Bien mal m'en pris. Fichu mal de mer.

Bon, et maintenant ? Une question très pertinente, mais dont je connaissais évidemment la réponse. J'observa tout d'abord le monstre de loin. Evan et Louise semblaient essayer de couper les tentacules qui agrippaient le bateau, ce qui était en soi une très bonne idée. Sauf que la créature était agile, et surtout, elle se mettait de plus en plus en colère... Mais ça, je pouvais aussi le faire.

Allez Candice... Tu peux le faire... Qui savait si cette petite voix dans ma tête appartenait à ma petite conscience, ou si Evan et moi étions à ce point connectés. Mais ce n'était pas le moment. Pour le moment... Louise et Evan se débrouillaient vraiment bien. Ils avaient réussis à trancher quelques tentacules sans se faire touché, mais lui bateau, lui... le mat était en miettes, la proue menaçait de s'effondrer. Sans compter le nombre de corps qui gisaient sur le bateau... Ils avaient fait le plus dur du travail, maintenant c'était à mon tour. Mon regard se fixa sur le monstre, et j'inspira et expira profondément plusieurs fois. Mes yeux se fermèrent doucement, mes ailes noires se déplièrent autour de moi. Le ciel s'assombrit brusquement, ce qui parut désarçonner un peu le monstre, mais pas beaucoup. Finalement, je m'envola sous quelques regards et je sentis celui d'Evan sur ma nuque. Il comprit ce que je tentais de faire et occupa le monstre vers lui.

Passant directement sur la créature marine, je me posa sur sa tête. J'étais légère, il ne remarqua rien. En équilibre précaire, je m’avança doucement. C'était pas très stable, là-haut. Enfin, il dût remarquer qu'il avait un passager clandestin, parce qu’il commença à bouger dans tout les sens en secouant sa grosse tête. Le bateau n'y résisterait pas si je ne finissais pas très vite. Bon. Je me mis à quatre patte pour m'accrocher plus fermement et m’avança jusqu'à ce qui semblait être son visage, et plus important, ses yeux.

Je sortis brusquement ma dague, qui scintilla même s'il n'y avait plus beaucoup de soleil, et je ferma les yeux tandis que je l’enfonçais brutalement dans l'oeil du monstre. Celui-ci, immédiatement, lâcha le bateau brutalement. Tous purent presque entendre le bois gémir. Le reste de ses tentacules encore vivantes se précipitèrent vers moi pour essayer de m’attraper, et avant que je puisse m'enfuir, une de ses tentacules arriva à m'avoir.

Quelques minutes très délicates s'ensuivirent, où j'essayais de me débattre. Mais plus je me débattais, plus la tentacule se resserrait. Enfin, grâce à la seule force de mes bras, j'arriva à me sortir de cette tentacule visqueuse. Le monstre dû sentir que la partie était finie, ou alors ses blessures et son aveuglement partiel lui faisait plus mal qu'il n'en laissait paraitre, en tout cas, il s’enfonça doucement dans les eaux. Je dû effectuer un atterrissage en catastrophe, juste au pieds de Louise et Evan qui étaient côte à côte et me regardaient.

Je me redressa doucement, très doucement, dans le silence. Le seul bruit qu'on entendait était celui de la mer et les souffrances des blessés. Je tangua pendant un petite moment, puis trouva la force de murmurer, épuisée.

- Il... il faut aider les blessés...

Evan me regarda, éberlué. Aurais-je oublier qui on étais et pourquoi on étais sur ce bateau ? Absolument pas. Seulement...

- Il y en a peut-être aussi chez nous, Evan...

Enfin il se reprit. Il jeta un coup d’œil à Louise et hocha la tête comme pour la remercier - mais qui pouvait deviner ce qu'il pensait vraiment ?, puis il me questionna du regard. Je hoche brièvement la tête, et il comprit, et il se retourna et s'en alla pour voir si on avait des blessés aussi. Tout le monde commençait à reprendre ses esprits, et je jeta un coup d’œil à Louise, pour voir si elle était blessée... Personnellement, mes ailes étaient sérieusement touchées, blessées dans l’étreinte des tentacules. Des trainées de sang suintaient des blessures, mais ça pouvait attendre. Il y avait d'autres priorités, pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre validé en attende de Rang

Messages : 37
Points de Rp : 21
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 23


Identité du Personnage
Âge: 29
Animal affilié: Zynthyo, un dragon guerrier
Capacités & Armes:
MessageSujet: Re: Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]   Dim 25 Mar - 11:38

Nous continuons toujours d'handicaper un maximum la créature marine avant de lui assener le coup fatal. Tout à coup, le ciel s'assombrit brusquement. Je fus tout aussi surprise que le monstre ne l'était. Je regardai dans les alentours, cherchant une explication à ce phénomène. Je vis alors Candice s'envoler, à l'aide de ses grandes ailes noires dans les airs, en direction de la créature. Son compagnon comprit plus rapidement que moi ce qu'elle comptait faire car aussitôt il tenta de capter l'attention du monstre afin de lui laisser le champs libre.

La jeune fille se déposa sur la tête du monstre. Il ne fit aucune attention à la passagère clandestine qui se logeait du haut de son front. J'avais du mal à me concentré sur le combat avec la créature, mon attention oscillait entre celui-ci et entre Candice qui paraissait faire un numéro d'équilibriste. Le combat faisait rage, alors que le monstre faisait des ravages autant dans nos troupes que sur le bateau, je me planta malencontreusement une planche de bois brisée dans la cuisse. Un morceau du pont qui s'était cassé lors d'une des attaques à répétitions du monstre. Je n'était décidément pas assez concentrée! Justement, mon attention se dissipa d'avantage lorsque la créature remarqua la présence de Candice. Il secoua frénétiquement sa tête dans tout les sens afin de lui faire perdre l'équilibre. Elle arriva néanmoins à avancer jusqu'à son visage et lui planta une dague dans son œil. Le monstre lâcha aussitôt et subitement le bateau.

L'intervention de la demoiselle était une réussite, j'en étais réconfortée. Mais alors qu'il ne lui manquait plus que de revenir vers nous, le monstre la saisit de ses tentacules. Il l'a serra si fort qu'on aurait pu croire qu'il allait la briser comme une brise un bout de bois. Ma respiration s'arrêta, je tournai fébrilement la tête de droite à gauche, cherchant un moyen de venir en aide à la jeune fille. Des flèches, du feu, une lance, n'importe quoi! Je ne fis cependant pas assez rapide car la petite Candice se libéra sans mon aide au bout de quelques instants. Le monstre s'en alla, se déclarant finalement vaincu. Je fus soulagée, à un point inimaginable qu'elle s'en sorte vivante et en un seul morceau.

Elle vint dans notre direction, avec quelques difficultés à l'atterrissage. Je me rendis alors compte que le jeune homme se trouvait à côté de moi lui aussi. Il paraissait tout aussi inquiet que moi sur l'état de Candice. Elle se releva difficilement et en titubant avant de parler.

- Il... il faut aider les blessés...

Je ne soupçonnai pas cette maturité chez la demoiselle. Son compagnon quand à lui semblait complètement outré de cette réplique, ce qui par contre ne me surpris aucunement.

- Il y en a peut-être aussi chez nous, Evan...

Evan, je pouvais enfin mettre un nom sur son visage. Il me regarda avant d'hocher la tête, je ne sais pas si c'était un signe de remerciement ou s'il m'assurait que le pacte de passivité. Ça ne le rendait pas moins dangereux et imprévisible pour autant. Je repris envers lui, aussitôt que le combat fut terminé, une attitude de légère méfiance. Je tentais de le surveiller de la façon la plus discrète possible. Prête à riposter si jamais il attaquait. Bien que je ne doute qu'il ne le fasse vraiment vu les conditions dans lesquelles nous nous trouvions actuellement, mais il vaut mieux être trop prudente. D'ailleurs plus j'y repense, plus je ne comprend pas pourquoi j'ai si vite accordé ma confiance à Candice, je suis de nature prudente, avisée, pourquoi m'étais-je à ce point relâché en compagnie de la jeune fille? Peut-être à cause de l'alcool, qui sait. Je crois bien que cette réponse demeurera à jamais sans réponse.

Evan regarda Candice, avant de s'en aller. Je le suivis un instant du regard, et observa par la même occasion les environs. Outre les nombreux corps inanimés à terre, le reste de l'équipage et de l'équipe de la demoiselle tentaient de se remettre de l'assaut du monstre, et aussi de l'abordage. Qu'allait-il se passer par la suite? Continueront-ils à piller et à tuer une fois que tout seras redevenus calme au sein de l'embarcation, ou alors s'en iront-ils, abandonnant le navire et ses richesses? Je redoutais vraiment la suite des événements. S'ils restaient et continuaient l'abordage, il faudra que je reprenne le combat avec Evan, et je ne sais pas si je serais au meilleur de mes capacités après la lutte que nous venions d'avoir avec le monstre marin. La plaie de ma jambe n'était pour l'instant pas très handicapante, et étant de nature résistante, la douleur ne m’insupportai pas plus que ça. Mais lors d'un combat elle entachera sérieusement mes déplacement, et me mettra en difficulté. Bon, je verrai en temps et en heure... pour l'instant occupons nous de la jeune fille présentement en face de moi.

D'ailleurs, son état m’inquiétai d'avantage que le mien. Elle semblait complètement épuisée, vidée de toute énergie. Cela devait être tant à cause ses mouvements incessant du bateau, que par le combat en lui même contre le monstre. Sans compter le sang qui n'arrêtait pas de couler de ses ailes et qui devait l'a rendre plus faible de minute en minute. Je pris quelques secondes pour l'observer, calculer l'étendue des dégâts, puis pris la parole:

- Il faut soigner tes blessures.

Je me retournai, afin d'aller en direction de la cabine. Il devait surement avoir quelques remèdes dans la cale du capitaine, ou alors quelques alcools forts que j'appliquerai sur sa blessure de façon à désinfecter. J'allais pour avancer mais il semblait que la jeune fille n'approuvai pas mon idée. Je me retournai alors à moitié, regardant la demoiselle d'un air stricte. Puis je repris la parole, d'une voix étrangement ferme:

- Je ne veux rien savoir Candice.

J'aurais aimé ajouter "Que tu sois en mission, que tu ais une réputation à tenir ou quoi que se soit d'autre d'ailleurs, je ne veux rien savoir. Pour l'instant tu es blessée c'est le plus important" à ma précédente réplique. Mais je ne le fis pas, sans pour autant en connaitre la raison. Je crois qu'en réalité j'avais une sainte horreur des phrases trop longues, ou alors je ne voulais pas lui montrer de façon trop explicite que je m’inquiétais pour elle. La dernière fois c'était différent, j'étais légèrement éméchée, il faisait nuit, et il n'y avait absolument personne d'autre. Soudain une voix se fit entendre, sans que je m'y attendre d'aucune manière, ce qui me déstabilisa quelques secondes.

- Que faites vous?!


Je tournai la tête en direction de la voix qui s'était fait entendre. C'était un membre de l'équipage, qui se tenait fermement à un autre marin. Tout deux avaient l'air blessés, j'eus aussitôt un pincement de cœur. Je n'avais pas rempli ma mission, je les ai laissé aux mains de leur assaillant dans leur venir en aide.

- Vous devez nous protéger! Qu'attendez vous pour la tuer?! m'aboya t-il en pointant Candice du doigt

Mon visage resta sans expression. Je regardai tour à tour les marins puis Candice, mon regard resta finalement ancré sur elle. Qu'est-ce que j'attendais pour la tuer? Bonne question. C'était, il faut dire le moment parfait pour la tuer, elle était gravement blessée, tout les assaillants ici présents étaient en difficulté. Il ne fallait pas que j'attende qu'ils reprennent des forces. Alors quoi? Qu'est-ce que j'attends exactement? Il suffit de dégainer et d'attaquer, de les tuer. Je posai ma main sur la manche de mon épée. Il suffit juste de dégainer... Dégaine Louise. Dégaine bon sang! Dégaine!!

- Nous sommes en trêve suit à l'attaque du monstre.


J'avais parlé sans m'en rendre compte. Je fixai maintenant les marins qui paraissaient déconcertés par ma réponse. Ils me regardaient ébahis, les sourcils froncés, surement autant par l’incompréhension que par la colère. Ils se mirent à brayer, m'insultant de tout les noms. Je gardai cependant mon calme. Une voix reprit le dessus dans toute cette débandade.

- Et vous les croyez vraiment?! Vous nous envoyez à notre perte! Tuez les. Maintenant!

- Je commence à en avoir assez. En ce moment précis, vous avez plus à craindre de mon courroux que du leur. répondis-je sans plus attendre, toujours calme, mais extrêmement sérieuse.

Ma réplique les avait calmés je crois, pour le moment du moins. Je jetai un regard à Candice, l'indiquant de me suivre, puis je repris ma route vers la cabine du capitaine, chercher de quoi soigner ses blessures. De temps à autre, je regardai derrière moi, pour m'assurer que la jeune fille me suivait, et qu'elle n'avait pas besoin d'aide pour avancer, dans le cas contraire, je me tenais prête à l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Vampire
avatar
Little Vampire

Messages : 63
Points de Rp : 30
Date d'inscription : 16/12/2011
Age : 21


Identité du Personnage
Âge: 9
Animal affilié: //
Capacités & Armes:
MessageSujet: Re: Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]   Dim 15 Avr - 13:56


    Au moins, le monstre est parti. Je n’arrivais pas à me dire que c’était fini. Alors que je savais très bien que ça ne l’était pas. Oh que non. Nous avions peut-être battu le monstre, il ne reviendrait sûrement pas, mais il ne fallait pas oublier le but premier pour lequel on s’était aventuré sur cette immense étendue d’eau, malgré tout. La mission. Lui. Mais surtout le plus important. Que la paix relative qu’on faisait avec Louise pouvait à tout moment voler en éclat, se brisé. Et à ce moment-là… non, je préférais ne pas y penser. Il ne valait mieux pas. Surtout que tout le monde était bien affaibli depuis l’attaque du monstre, elle pouvait attaquer à tout moment… Non, non, je ne faisais que me faire peur. Si elle s’avisait de rompre le traité, j’aviserais à ce moment. Qui, j’espérais de tout cœur, n’arriverait pas. Parce que moi, je ne pense pas que je ferais quelque chose. J’en serais incapable. Un de mes défauts fatal : une fois que j’accordais ma confiance, même le temps d’un battement de cil, j’avais le plus grand à trahir ces personnes. Un défaut qui pourrait me mener à ma perte, si je ne me surveillais pas.

    J’essayais encore de reprendre mon souffle. Il fallait l’avouer, entre mon mal de mer et mes galipettes sur le monstre marin, je n’étais pas au sommet de ma forme. Mais qu’y pouvais-je ? J’éprouva soudain un vif sentiment de lassitude. A quoi tout cela servait-il ? Pour Lui, évidemment. Plus passaient les journées, les semaines, plus j’avais envie de tout plaquer, de lui raconter mes quatre vérités. Mais je savais ce que cela signifiait. Un des membre du groupe s’y était essayé, et sa puce explosive, implanté dans la nuque de chacun d’entre nous, avait fait son boulot. Fin de Ley. Une simple pression sur un de ses innombrables boutons, et une vie s’achevait. C’était pour ses raisons que je le haïssais. Plus que tout.

    - Il faut soigner tes blessures.

    Louise me sortit de mes pensées, et je repris pied dans le présent rapidement. Mes blessures ? Ah, ça… Effectivement, maintenant qu’elle en parlait, ça faisait plus mal que quand je pensais à autre chose. Mais je ne voulais pas. Ce n’était ni le lieu, ni le moment. C0mme si elle sentait ma résistance, elle ajouta qu’elle ne voulait rien savoir. Je souris intérieurement. Elle avait beau faire comme si elle n’en avait rien à faire, elle avait malgré des sentiments, et elle s’inquiétait pour moi… Et ne voulait pas que je reste dans cet état. Pouvais-je alors espérer une trêve plus longue ? Avec un peu de chance.

    Finalement, je la suivis. Cela ne me couterait rien, et puis, de toute manière, j’étais encore bien trop dans les vapes pour espérer discuter ou faire quoi que ce soit. Pourvu que la trêve continue jusqu’à ce que j’aie récupéré des forces ! Un nouveau combat entre Louise et Evan tournerait vite au désastre. Tout le monde était fatigué et considérablement affaibli…Puis une voix se fit entendre. Pas Evan, non. Une voix que je ne connaissais pas. Un marin. Une voix que j’avais redouté d’entendre. Il était blessé, et demanda pourquoi Louise ne nous tuait pas. Effectivement, c’étais une excellente question. Sauf que, à mon avis, personne n’avait de réponse. Personne ne savait pourquoi Louise et moi nous étions croisées à cette taverne miteuse auquel j’allais. Personne ne savait pourquoi nous étions ensuite allées dans la forêt. Personne ne savait pourquoi nous avions discuté. Personne ne savait pourquoi nous nous étions fait confiance alors que nous sommes normalement des ennemis mortels, durant une soirée entière. Et personne ne savait pourquoi nous continuions maintenant, sur ce bateau, alors que nous l’abordions et qu’elle était censée le défendre. Peut-être avait-elle une réponse, mais pas moi.

    A présent, nous nous fixions du regard. Heureusement que personne ne pouvait l’entendre, parce que sinon tout le monde saurait que je n’étais pas aussi impassible que ça avec mon cœur qui battait à cent à l’heure. La main de Louise glissa vers son fourreau, remarquais-je du coin de l’œil. Dégainera-t-elle ? Dégainera pas ? Je ne pourrais pas faire grand-chose si elle le faisait. A part peut-être appeler à l’aide. Evan viendrait certainement. Mon esprit de défense imagina aussitôt tout ce que je pouvais faire pour me sortir de cette situation si elle venait à se produire. Je ne disais rien, mon visage ne reflétait rien. C’était à elle de prendre cette décision. Intérieurement, j’étais en position de défense, malgré mon extrême faiblesse. Rah, fichu mal de mer, fichu monstre ! Finalement, Louise répondit. Comme si elle parlé sans réfléchir, elle annonça la trêve. Au fond de moi, j’étais aussi abasourdie que les marins. Mais le soulagement était encore plus fort. Je ferma un instant les yeux, le temps pour les autres hommes de se rendre compte de ce qu’elle venait de dire. Presque aussitôt, une grande clameur se fit entendre : ils ne paraissaient pas d’accord avec Louise. Je les maudissais. Bien que je les comprenais. De leur point de vue, c’est nous les méchants de l’histoire. Mais bon. Je préférais ne pas me faire découper en rondelles tout de suite. Les marins insistèrent. Hum. Mauvaise idée. Mauvais, mauvais. Si Louise changeait d’avis, se rangeait au côté de ces brutes, j’allais avoir de gros ennuis. Mon côté enfantin voulait se jeter au cou de Louise pour qu’elle ait pitié de moi. Mon côté plus sombre et mon état mal en point m’en empêchait, fort heureusement. Qu’auraient pensé les autres ? Je faillis sourire devant la dernière réplique de la jeune femme, qui cloua le bec de tout le monde. Avec ça, ils ne pouvaient plus répondre…. Ha ! Comme je n’avais rien à dire face à cette brève confrontation avec les marins, je me contenta de rester près de Louise. Quand on passa devant les marins, dans un geste purement enfantin, je leur fis les gros yeux en murmurant « Bouh ». Immédiatement, ils reculèrent, malgré ma faiblesse. Ok, je n’aurais pas dû faire ça. Je le regrettais déjà. Mais que voulez-vous ! Je ne suis qu’une enfant, finalement.

    Bref. Je suivis simplement Louise avec quelques difficultés. Le sang coulait toujours de mes ailes. J’espéra qu’elles guériraient vite. Mes ailes, pour moi, sont précieuses. Vous n’imaginez même pas à quel point. En grimaçant, on arriva finalement à la cabine du capitaine. Heureusement pour moi, celle-ci était vide. Il devait être occupé à soigner les blessés autre part. Sans attendre de voir ce que Louise faisait, j’alla directement dans la petite salle de bain. Devant le grand miroir, je ne pus retenir une grimace. Je faisais peur à voir. Mes vêtements étaient couverts de poussière et de sang, mes ailes pendaient tristement, couvertes de striures rouges, mon visage paraissait épuisé. J’étais littéralement épuisée Et la blessure à l’aile gauche n’arrangeait pas les choses. J’entrepris de me laver sommairement le visage, effaçant les principales traces. Puis je revins dans la cabine, où attendait encore Louise.

    - Il n’y a pas de médicaments ni de remèdes dans la salle de bains. A croire qu’ils n’avaient pas peur des bobos !

    Ok, je n’y ais pas mis autant de touche d’humour que je ne le voulais. Il fallait bien l’avouer : je déclinais. Rapidement. Comme pour le montrer, je titubais un peu. Réussis à m’approcher de l’unique lit sommaire de la pièce. Et ne pus m’empêcher de m’y laisser tomber avec lourdeur. Un gémissement s’échappa de mes lèvres, et j’essaya d’inspirer profondément. Ce n’était pas le moment de flancher. Pas du tout, même. Je jeta un coup d’œil à Louise et réussit à sourire faiblement. Très faiblement, même.

    - Merci, en tout cas.

    Elle comprendrait, non ? Elle n’aimait pas les phrases trop longues, j’avais déjà remarqué. Moi ça ne me dérangeait pas, mais là, j’étais un peu… faible pour dire plus. « Merci pour tout. Merci pour avoir pris ma défense, merci pour t’être alliée avec Evan contre ce monstre, merci de m’avoir conduite ici,… » Bon sang, que la dette allait être longue à payer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre validé en attende de Rang

Messages : 37
Points de Rp : 21
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 23


Identité du Personnage
Âge: 29
Animal affilié: Zynthyo, un dragon guerrier
Capacités & Armes:
MessageSujet: Re: Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]   Mar 21 Mai - 13:48

Après avoir traversé le pont, on se retrouva dans la cabine du capitaine. La jeune Candice, fut plus rapide que moi et se dirigea vers la salle de bain. Elle cherchait surement de quoi soigner ses blessures, je fis donc de même. Je baladais mon regard dans la pièce exigüe à la recherche de quoi que se soi qui pouvait servir. Je soulevais un peu tout ce que je trouvais, mais à mon plus grand désespoir, il n'y avait rien de bien intéressant ici.

- Il n’y a pas de médicaments ni de remèdes dans la salle de bains. A croire qu’ils n’avaient pas peur des bobos !

C'est sur que les marins ne sont pas du tout frileux, ils espèrent encore que Poséidon les protégera de toute accalmie s'il effectuent les bonnes prières et qu'il lui procurent assez d'offrande pour apaiser sa colère. Actuellement, ils doivent prier pour que le Dieu de la mer leur épargne la vie, plutôt que d'essayer activement de réparer le bateau ou d'aider les blessés. J'espère seulement qu'ils ne nourrissent pas encore ce stupide folklore, disant qu'un bon marin doit toujours couler avec son bateau. Présentement, vu l'était de notre embarcation, j'espère sincèrement que ces abrutis ne sauteront pas par dessus bord, je n'ai pas de temps à perdre avec ce genre de sottises pour le moment.
Je continuais de chercher des yeux des bandages ou quelque chose qui pourrait y ressembler. Puis de l'alcool pour désinfecter ses plaies et la mienne. J'étais étonnée de ne pas trouver autant de bouteille d'alcool que je ne le pensais. Serait-on tombé sur le seul et unique navire qui n'était pas constitué d'un équipage d'ivrogne? Alors que je commençai à perdre espoir, j'entendis un gémissement, je me retournais et aperçu Candice, allongée sur le lit. Me souriant faiblement.

- Merci, en tout cas.

Je mesurais à peine l'intensité réelle de ses remerciements. Je ne pensais aucunement lui en devoir outre mesure, j'avais agit avec elle sans attendre d'elle une dette, ou quelconque récompense. J'avais fait tout cela, parce qu'elle le méritait. Du moins, c'est ce que je pensais. Elle était bien trop jeune pour partir à l'aventure de la sorte. Bien que j'admettais sincèrement qu'elle possédait la maturité d'une adulte, son corps lui était encore jeune. Et je doutais bien que certaines de ses réaction étaient encore dicté par le monde de l'enfance. C'est peut-être pour cela que je m'étais prise d'affection pour elle. Elle était bien trop jeune. C'est une remarque qui me revenait sans cesse à l'esprit. Elle était trop jeune pour faire tout ce qu'elle faisait. Elle était trop jeune pour être blessée comme elle l'était présentement. Je me devais de l'aider. C'était un devoir envers elle, et aussi envers moi. Y avait-il dans son entourage quelqu'un qui la défendait quand elle avait des ennuis? Avait-elle quelqu'un qui la prenait dans les bras dans les moments douloureux? Avait-elle qui que ce soi qui la protégeait contre ses ennemis? Il y avait peut-être cet "Evan" avec qui j'avais combattu un peu plus tôt. Mais était-ce suffisant?


-Tu me remerciera quand tout sera finit.

J'avais, bien malgré moi, parlé de façon froide. Je m'en voulais, d'avoir agit de la sorte. Il fallait que je me reprenne. J'étais blessée, elle aussi. Le bateau était dans un sale état, ainsi que l'équipage. Et je ne savais toujours pas quelle serait la réaction générale, une fois que tous seront remit sur pieds. Je lui avait très facilement accordée ma confiance, et je l'ai sauvé, je l'ai aidé, mais qu'est-ce qui me dit qu'elle ne m'attaquera pas ? Qu'est-ce qui me dit que ces compagnons ne sont pas en train de décimer tout les membres de l'équipage et qu'ils ne volent pas l’embarcation que je suis sensée protéger? Je me tiraillais de question, tout en essayant de trouver de quoi soigner la jeune demoiselle.
Soudain, un éclair de génie. J'ouvris le seul et unique rangement de la pièce, que j'avais déjà fouillé plus tôt. Je trouvais, au fond d'un des tiroir un vieux bocal. L'étiquette affichait du jus de pomme, et ce détail qui ne m'avait pas frappé plus tôt, était revenu comme un flash dans ma tête. Un marin boire du jus de pomme... Et puis quoi encore? Je dévissa le couvercle et comme je l'avais pensé, une forte odeur d'alcool s'en dégagea. Il n'y a pas de quoi soigner les blessures de manière conventionnelle, mais ça, ça devrait faire l'affaire. Ne serait-ce que pour désinfecter un minimum la plaie. Je prit le morceau de tissu qui m'avait l'air le plus convenable pour l'opération et je le déchira avant de le tremper dans le bocal d'alcool. Je me mit près de Candice et approcha lentement le morceau de tissu vers ses plaies.

- Ça va piquer un peu. Dis-je, avant de lui appliquer doucement le tissu imbibé.

J'avais agit sans lui demander son avis, et je l'aurais fait même si elle avait exprimée son refus. Il fallait la soigner, c'était la priorité numéro 1 pour le moment. Après avoir nettoyé ses blessures, je tentais du mieux que je le pouvais de lui mettre un bandage. J'avais un air sérieux et concentré. Je m'appliquai à lui faire le moins mal possible tout en étant efficace. Autant dire que c'était pas gagné, vu la gravité de ses blessures.
Bien contre ma volonté, l'idée de la tuer me revient à l'esprit. Elle était vulnérable et la réduire au silence serait chose aisée. Ici, personne ne pourrait la sauver et elle même si elle témoignait de la résistance, ses compagnons n'auraient pas le temps de venir. Prendre une vie avait toujours été une chose si facile pour moi, alors pourquoi cette fois-ci je n'y arrivais pas? Il suffisait simplement de prendre ma dague et de la planter. Cette action prendrait moins d'une seconde.
Et alors, que ces pensées de plus noires trottaient dans ma tête, mon corps, avait agit de manière automatique. Et avant que je ne m'en rende compte. J'avais complètement soigné la demoiselle. Je pris alors, à mon tour l'alcool et je le fis couler sur ma blessure à la cuisse. La douleur me fit surgir de mes pensées. Je jetai un regard vers la demoiselle avant lui demander, comme un appel à l'aide:

- Et maintenant?

C'est vrai... et maintenant, que faisons nous? Nous repartons sur le pont, comme si de rien était? Nous restons ici, en espérant que personne jamais ne vienne? Nous attendons que les choses se passent, que les marins se fassent décimer un à un? Ou alors... Je te tue ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tiens tiens, comme on se retrouve... [ PV Louise Clyste ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Jake. Tiens tiens, j'ai des amis!
» Comme on se retrouve - with Ley' ♥
» Comme on se retrouve Mister Akane [Soma]
» Ash comme on se retrouve! PV Ashley Jones

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Au abords de l'île - Dôme de protection :: Mer des Brumes-